Togorama.com - Accueil
 
La Première Communauté Togolaise
Inscrivez-vous!
  Accueil Actualité Membres Plan du Site Forum
Navigation
Culturama
Sondages
Comment avez vous connu Togorama
En surfant sur le Net
Par le moteur Google
Recherche sur Yahoo
De la part d'un(e) Ami(e)
Qui est en ligne
8 utilisateur(s) en ligne (dont 2 sur )

Membre(s): 0
Invité(s): 8

plus...
 : 
Posté par Togorama le 17/07/2006 (1484 lectures)

LOME, 15 juillet 2006

Le ministre togolais de la Santé  publique, Mme Suzanne Aho, a estimé, samedi sur la télévision  nationale, qu'il était nécessaire que les règlements sur la vente  des produits pharmaceutiques soient appliqués pour la sécurité  sanitaire des populations.



Mme Aho a vivement condamné la vente des produits  pharmaceutiques par les détaillants sur les marchés et aux abords  des rues. Elle a relevé les risques liés à l'exposition de ces  produits aux intempéries et aussi à leur origines douteuses,  annonçant que les forces de l'ordre et les services des douanes  seront impliqués dans cette lutte. 

Les vendeurs de la plupart de ces produits, de fabrication  indienne, indonésienne, singapourienne et malaisienne,  s'approvisionnent à partir du Ghana, du Bénin et du Nigeria  voisins qui sont de grands marchés en cette matière.  

Les inquiétudes évoquées par le ministre de la Santé sont de  l'ordre de la qualité et du respect des dosages des substances  entrant dans la fabrication de ces produits et aussi de la  compétence et fiabilité des laboratoires qui les produisent. 

Certains comprimés ou sirops sont de placebos abusifs ou de  produits sans effets médicamenteux, alors que les patients qui se  les procurent pensent soigner des maux souvent chroniques. 

"Le comble est que des vendeurs des produits, même sans un  niveau d'instruction élémentaire, se permettent de prescrire des  produits qu'ils vendent ou les recommandent à des clients qui les  approchent", a regretté un responsable du Centre Hospitalier  Universitaire de Lomé. 

"Ces personnes qui s'érigent en médecin de circonstances  ordonnent des posologies sans pouvoir apprécier le degré de  souffrance du malade et le degré d'évolution de la maladie, et  sans pouvoir faire un suivi médical", a-t-il fait remarquer.



Autres articles
15/01/2009 -
11/11/2008 -
13/10/2008 -
13/10/2008 -
02/05/2008 - Plus de 1,2 million de dollars des bailleurs de fonds pour des ARV au Togo
02/05/2008 - Les ONG souhaitent une commission "efficace"
01/04/2008 -
01/04/2008 - Environnement : le gouvernement se veut vertueux
06/03/2008 -
06/03/2008 - 14e Edition Election Miss Togo

Connexion
Recherche
Sur Togorama

Accueil | Messagerie | Contacter-nous | Membres | Plan du site | Forum

Copyright © 2005-2006 Togorama, tous droits réservés
Conception et code par l'équipe Togorama avec la technologie XOOPS

Page générée en 0.144 Secondes | 1 requêtes Sql