Date 26/12/2006 | Sujet : Afrique

L'explosion d'un oléoduc mardi à Lagos, la plus grande ville du Nigeria, pourrait avoir fait un demi-millier de morts, selon les secours.

Plusieurs centaines de personnes étaient venues dans la nuit de lundi à mardi recueillir de l'essence dans cette conduite que des voleurs avaient percée à Abule Egba, un quartier densément peuplé, ont rapporté des témoins.


Un photographe de Reuters présent sur les lieux, Akintunde Akinleye, a lui-même compté entre 500 et 700 corps, pour la plupart carbonisés au point d'être méconnaissables.

Abiodun Orebiyi, le secrétaire général de la Croix-Rouge nigériane, a estimé que le bilan de l'explosion pouvait être de 200 à 500 morts.

"Nous savons que c'est plus de 200. Mais nous ne savons pas si c'est 300, 400 ou 500 morts", a-t-il dit, ajoutant qu'une soixantaine de personnes grièvement brûlées avaient été hospitalisées.

Le photographe de Reuters a vu les restes de centaines de corps sur les lieux de l'explosion, alors que les services de secours tentaient d'éteindre l'incendie, un spectacle dantesque.

"Beaucoup de gens ont été carbonisés sur place. Leurs corps jonchent le sol autour de l'oléoduc", a rapporté un secouriste.

"Un ami est venu frapper chez nous pour dire à mon mari qu'on pouvait prendre de l'essence. Mon mari est parti avec deux seaux et maintenant il est mort. C'est une malédiction divine", déclare une femme en pleurs.

En mai dernier, un explosion similaire dans un autre quartier de Lagos avait fait 200 morts.

Il est fréquent au Nigeria que des voleurs, très organisés et bénéficiant parfois de complicités haut placées, percent des oléoducs pour se procurer de l'essence, un "détournement" qui représenterait selon certains experts 5% de la production. Le pays est le huitième exportateur mondial de pétrole.





Cet article provient de Togorama.com
http://www.togorama.com

L'adresse de cet article est :
http://www.togorama.com/modules/news/article.php?storyid=183